Retour des Journées de l’innovation et de la création à l’IUT Saint-Nazaire

12 Fév 2020 - Infos

Un marathon de l’innovation : 2 jours, 100 équipes, 10 défis

L’IUT de Saint-Nazaire ne fait pas les choses à moitié : pour ses 50 ans, l’établissement est parvenu à réunir plus de 1100 étudiants autour des Journées de l’innovation et de la création (JIC). Un événement préparé un an en amont avec pour objectif : imaginer un projet d’entreprise viable autour de problématiques proposées par une dizaine d’entreprises du bassin Nazairien : Les chantiers de l’Atlantique, Le port Nantes/Saint-Nazaire, La Carène, des entreprises du numériques comme Fluxeos ou de jeunes pousses comme SeawitLab. Le Blue Lab a été sollicité pour proposer également une mission.

Pendant 2 jours d’ateliers, les équipes formées de 11 étudiants toutes disciplines confondues fonctionnent “en mode projet”. Il faut parfois ajuster les approches, car chaque filière possède son propre langage, et cet aspect se retrouve aussi en entreprise.

Le défi “économie circulaire” proposé par le BlueLab est le suivant :

« Comment valoriser et créer une valeur économique avec nos déchets ? »

Pour répondre à cette problématique, les équipes vont s’inspirer de la nature, penser local, s’ancrer dans le territoire et remettre en question les règles des affaires et des marchés… Guillaume Tanguy, notre super bénévole-maker (également doctorant en microbiologie) accompagne les étudiants dès le premier jour. Il les amène à se questionner sur les enjeux liés à la création de valeur à partir de déchets, c’est le principe de la “blue economy”.

Un premier jury avec les enseignants et les membres du Blue Lab

C’est l’heure du premier oral ! Devant un jury composé de 2 enseignants de l’IUT ainsi que Guillaume et Damien (votre nouveau FabManager), nos jeunes entrepreneurs ont 3 minutes chrono ! Les groupes s’enchaînent (très vite), l’exercice est compliqué, et le Blue Lab a aussi un temps limité : 2 minutes pour poser des questions et à peine plus pour effectuer un classement.

Les 10 sujets sont tous très intéressants, et nous questionnent sur notre mode de consommation jetable : Une gourde en aluminium revalorisé permettant de se servir à moindre coût dans les fast-food ou des pailles fabriquées à partir de canettes usagées et conçues sur le même principe que les gouttières avec une cintreuse (sujet technique).

Sur le terrain des téléphones, souvent décriés pour leur impact négatif environnemental, les étudiants ont été nombreux à proposer des pistes souvent complémentaires :

Le GreenCase, une coque de téléphone entièrement personnalisable avec un savant mélange de tissu et une structure aluminium ou un écran entièrement conçu à partir de verre issu des vitres cassées. Plus ambitieux, le téléphone recyclé dans l’esprit du Fairphone qui implique une mission d’insertion comme le fait ENVIE et s’inscrit dans l’Économie Sociale et Solidaire (ESS). Sur un autre projet, les machines à laver deviennent des pédalos à assistance électrique, où chaque pièce peut servir à la conception de l’embarcation, notamment les moteurs souvent mal valorisés une fois la machine en panne.

Un de nos “coup de cœur”, Le projet Ocean 77 choisit de s’attaquer aux déchets industriels via la filière bois : un sujet très présent en logistique industrielle (Emballage, palette). L’équipe présente au jury un catalogue de produits et équipements sportifs réalisés en bois à partir d’usinage numérique CNC et/ou collage à base de résine écologique.

Un projet qui sort du lot

Les étudiants, souvent sensibles à l’impact du plastique (6ème continent) ont imaginé des solutions pour trier et revaloriser ce type de déchets. Noté sur des critères de faisabilité, de présentation et pour leur ADN “économie circulaire”, Un projet a particulièrement retenu l’attention du jury Blue Lab : le projet RecyLab imagine un procédé permettant de valoriser les plastiques avec un système de tri permettant de séparer les particules par taille et par type. Ces plastiques sont déposés par les particuliers dans des points de dépôts et ceux-ci accumulent des points pour pratiquer des sports nautiques dont les embarcations sont conçues à partir de ces plastiques (voiles/coques/monofilm/safrans). La boucle est bouclée : chaque étape est pensée et il y a une approche positive du déchet. On est sous le charme.

Le grand jury semble partager notre point de vue puisque cette réponse au défi proposé par le Blue Lab termine sur la plus haute marche du podium ! Nous tenons à remercier l’équipe de l’IUT et plus particulièrement Jean-Claude Samoyeau qui nous a accueilli et a organisé ces rencontres avec brio. Nous invitons nos étudiants lauréats (et les autres d’ailleurs) à venir présenter leur projet auprès des adhérents et pourquoi pas d’aller plus loin en apportant leurs idées autour du “confort urbain à Saint-Nazaire” que nous allons initier ces prochains jours.

L’équipe gagnante a choisit un défi “Blue Lab” : “on trouvait que le sujet avait du sens” m’a confié une des étudiantes.

Pour en savoir plus sur l’IUT de Saint-Nazaire : https://iut-sn.univ-nantes.fr/

Article de Ouest-France (en accès payant) : https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/saint-nazaire-44600/saint-nazaire-les-etudiants-de-l-iut-imaginent-les-projets-de-demain-6714527

Damien Henry

Si vous aussi vous avez des idées et souhaiter les développer, contactez-nous et venez au Blue Lab !
Mail : contact@bluelab44.fr
Téléphone : 07 67 90 07 21

 

ultricies dapibus massa Donec Phasellus consectetur vulputate, Lorem risus. id